Zones d explosion de methane

Le workaholism est une dépendance psychologique riche. Cela montre un besoin constant d'accomplir ses devoirs, dans le cas duquel on ignore la famille, les amis, le repos et le sommeil. Bien sûr, l’activité est un verre des thèmes de chaque employé. C'est pourquoi le workaholism est une dépendance unique qui ne gêne pas. Et quand les reconnaître les uns à côté des autres?

Le workaholism se manifeste par le grand besoin de travail quotidien. Les patients traitent n'importe quel moment arbitraire comme un temps mort. Ils se sentent alors mal à l'aise et de mauvaise humeur. Ils passent souvent la nuit dans de simples bureaux et renoncent aux jours et aux jours fériés. À travers la dernière négligence de la famille, les amis ne profitent d’aucun divertissement ni ne développent leurs passions et leurs intérêts. Très souvent, il s'accompagne de maux de tête constants, de nausées, de fatigue et de problèmes de collecte et de sommeil.

Afin de faciliter le traitement, il convient de trouver la raison de ce point. Habituellement, les toxicomanes sont des perfectionnistes typiques. Il y a de grandes ambitions et ils ont besoin de tout pour le faire parfaitement, très durement, sans aucun défaut. Beaucoup de gens pensent également que le bourreau de travail peut être réconcilié avec l'expérience du manque d'estime de soi. Les toxicomanes peuvent souvent compter sur des problèmes matériels dans l’histoire et dépendent uniquement de la distance à laquelle ils peuvent utiliser leur livre pour augmenter leurs revenus.

Le workaholism, comme toute dépendance psychologique, a ses propres effets négatifs. L'un d'entre eux est, paradoxalement, la diminution de l'efficacité et de la productivité. Les bourreaux de travail sont surchargés de travail par la performance constante de leurs tâches. Ils ne réalisent donc pas la situation de près, ils perdent vraiment beaucoup de temps, par exemple en s'occupant de l'action et en réfléchissant à chaque tâche. Le pire effet secondaire est de perdre les soins de notre appartement, de sorte que les toxicomanes doivent nécessairement faire une bonne psychothérapie.